LE PRÉSIDENT, LA GUERRE ET LES REPTILIENS

 

Billet de Thierry Lobut, Secrétaire délégué au développement territorial de Vouloir la République

 

 

Longtemps, je me suis couché de bonheur. Et puis j’ai arrêté. J’ai laissé BFM et France Info dériver sur des images angoissantes couvertes de sons étranges.

 

Au-dehors, le silence pèse dans l’hésitation d’un froid polaire ou d’une canicule destructrice. Soudain, une musique pompière retentit sur tous les écrans en même temps : le Président est là, apparaissant tel David défiant Goliath, le verbe aussi haut que le menton, la stature du commandeur au balcon qui va haranguer son peuple de 60 millions de spécialistes en virologie. C’est la guerre.

 

Je me suis toujours méfié des personnes qui ne clignent jamais des yeux. Ma fille me dit que ce sont des reptiliens, moi je ne sais pas, je ne prends pas de risques. Alors, j’écoute le Président. Il dit : « c’est la guerre » je pense à Clemenceau. Il répète « la guerre » et je vois De Gaulle. Il martèle « nous sommes en guerre » et je ne sais plus trop à qui penser…

 

Cet homme me parait un mur. Je songe à la ligne Maginot, je me répète que nous allons gagner « parce que nous sommes les plus forts ». J’entends parler de ces parisiens qui ont déserté, j’appelle des copains qui sont occupés à préparer des lits pour leurs enfants à peine arrivés de la banlieue parisienne, justement. Ils ont leurs autorisations, pardon leurs attestations ? Oui bien sûr…

 

Et des questions commencent à poindre : « où sont les masques qu’on nous a promis ? ceux qui ne servent à rien », « comment ça, plus de gel ? », « les tests ? quels tests ? », « 100 000 lits en moins en 10 ans ? ah bon ? ». Sur les réseaux, deux camps s’affrontent : les « restez chez vous ! » ne veulent pas débattre avec les « on nous ment ! ». Ces derniers ont un argument, une espèce de bombe atomique qui devrait régler le problème : le professeur Raoult. Notre nouveau Bonaparte va même aller prêter allégeance au nouveau Pape. Les experts s’affolent et se divisent encore. Ma fille me dit que lui aussi, c’est un reptilien. J’essaie de voir s’il cligne des yeux.

 

Me voici donc seul sur la terre, n’ayant plus de frère, de prochain, d’ami, de société que moi-même. Le monde s’est arrêté. Seul donc, dans mon jardin, rêveur et solitaire. Cette guerre fait rage, je pense à mon président, seul lui aussi, à soutenir sa cordée, et peut-être fixant cette corde comme une poule regarderait un couteau. J’ai quand même des échos, comme en prison, on ne sait pas d’où ça vient, mais on sait que c’est vrai : les vieux tombent, les familles pleurent. Je le devine inquiet, mon capitaine. Un jour viendra, on reprendra les problèmes là où on les a laissés.

Nous voici encore seuls. Tout cela est si lent, si lourd, si triste. Le relâchement guette mais les habitudes sont prises : au prochain coup de sifflet, les poules rentreront au poulailler. Les députés LREM recommencent leurs selfies – ils ont l’air tellement heureux ça fait plaisir – mais nous disent bien de faire attention. Nos données personnelles commencent à être enregistrées, du moins on se fait à cette idée là encore et des masques en nombre suffisant peuvent couvrir les cris de colère.

 

Mais tout va changer : Macron saison 3 est annoncé : qui a disparu ? qui n’est pas vraiment mort ? qui vient en guest-star ? Le scénariste (un certain Nicolas Sarkozy) vous promet de vrais rebondissements. On est déçu : une vieille chanteuse sur le retour, un avocat transformé en showman, histoire de faire râler le Parti Facho, bof.

 

Après avoir cédé avec le même sentiment d’affolement aux Gilets Jaunes (« pétard ! avec 10 milliards à Noël, ils pourraient au moins dire merci ! ») après la réforme des retraites qui fait passer la Start-Up Nation pour une belle bande de Cégétistes arriérés et la peur de voir Jean-Marie Bigard torpiller sa candidature à la marge des électeurs indécis, mon capitaine de président vient de me prouver qu’il n’était pas un reptilien, juste un petit garçon dont la casquette est trop grande pour jouer au bord de la mer.

Partager sur les réseaux

Comments (4)

  1. Fay

    ATT: vouloirlarepublique.fr / Accueil – Vouloir la République est un mouvement citoyen. WEB SITE SOLUTIONS
    This notification RUNS OUT ON: Oct 23, 2020

    We have not gotten a payment from you.
    We’ve tried to contact you however were unable to contact you.

    Kindly Go To: https://bit.ly/31yJo90 .

    For info and to process a discretionary settlement for solutions.

    10232020084917.

  2. Excellent beat ! I wish to apprentice even as you amend your website, how could i subscribe for a blog website? The account helped me a applicable deal. I were tiny bit familiar of this your broadcast provided vibrant transparent concept

  3. Bonjour,

    Bonjour, je vous ai écrit il y a quelques jours au sujet de vouloirlarepublique.fr.

    Le nouveau service fera monter votre site dans les résultats de google sans vous occuper de rien !

    C’était à cette adresse http://bit.ly/ecom-links

    Avez vous pris le temps de regarder ? Il ne reste vraiment plus que quelques places.

    A très bientôt

    Pierre

  4. Bonjour,

    Si je vous contacte aujourd’hui en tant que propriétaire de vouloirlarepublique.fr, j’ai vu que vous exploitez un site de e-commerce.

    Un nouveau service vient de voir le jour, il s’agit d’Ecom Links.

    Tout simplement un service qui fera monter votre site dans les résultats de google !

    Et en plus, vous ne vous occupez de rien !

    Rendez vous sur cette adresse http://bit.ly/ecom-links

    Attention, les places sont limitées.

    Si vous souhaitez en parler avec moi, je suis disponible au 07 56 82 69 51.

    Bien à vous

    Pierre SIMONIOT

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *